festival 2015

PALMARÈS 2015

La cinquième édition

du Festival Ardéchois

du Film Artisanal et Audacieux

s’est terminé dans la salle d’honneur de l’ancien palais de justice de Largentière

où le jury présidé par Jean-Pierre Mocky a délivré le palmarès avec la traditionnelle distribution des "Chatus".


(Photo : Guillaume Levil reçoit son Chatus d’or en présence de Jean-Pierre Mocky, Rufus, Lola Créton et Jules Sitruk.)


Le Chatus d’or fut remis à Guillaume Levil pour son film « Un Tour de cheville ».

Le réalisateur vidéaste Rémi Lange a été récompensé pour son film « Le chanteur » dont il a constitué à lui tout seul l’équipe technique.

Le jury a également distingué les films « Bel Horizon » de la réalisatrice Daniela Lanzuisi pour son caractère participatif.

« La Momie » de Lewis Eizykman pour son esthétisme fantastique

« Zatrap contre carré » de J. Ephraim pour la performance de son acteur principal.


Prix collectif Audacieux  Jacques Mutel  : "Bel Horizon" et "Dernier trait"

Prix de la démarche Audacieuse : "Un tour de cheville" et "La momie".

Grand prix : "Le Chanteur"


festival 2014 une année de transition

Le  Festival  2014  a  été  marqué

par quatre évolutions majeures…
   Une personnalité : Pour la première fois une personnalité a servi de locomotive au festival pour attirer des compétiteurs, des techniciens de qualité et des spectateurs. Des films de références ont été présentés en « Off » en présence de leurs  réalisateurs.
    Un jury de professionnels : Un jury de haut niveau a été composé, avec des professionnels expérimentés qui, outre renforcer le prestige de cette instance, ont enrichi de leur expérience les échanges entre les festivaliers compétiteurs et spectateurs et aussi permis la tenue de session d’ateliers d’initiation et de formation à la réalisation et au montage.
     Trois lieux : Un essaimage du festival initialement localisé à Joyeuse, pour toucher Les Vans et Largentière a permis d’atteindre un public plus large et de rassembler sur les autres lieux des spectateurs qui auraient été plus difficiles à sensibiliser.
      Une structure d’échanges : Les années antérieures ayant montré qu’un des points forts du festival c’est la qualité des échanges entre festivaliers, les liens tissés et les projets élaborés, il a été décidé de mettre en place le concept de « La Ruche », lieu convivial d’échanges et d’information entre festivaliers.


… et des résultats concrets :

     450 personnes ont été touchées directement sur place. La notoriété du festival a été décuplée par une trentaine d’articles de presse locale, des émissions radios locales et régionales grâce au partenariat avec France Bleu et des milliers de visionnages Utube de la séquence de l’anniversaire de Mocky avec  la troupe médiévale.

     Une quarantaine de compétiteurs, réalisateurs comédiens ou techniciens se sont déplacés et ont séjourné en Ardèche méridionale. Ils ont découvert ainsi l’Ardèche décrite par Mocky comme étant « un territoire de cinéma, idéal par la splendeur de ses paysages comme par la préservation de son habitat ».

      Un documentaire de 28 minutes,  « Mocky l’ardèchois » retrace le festival et en constitue la carte de visite filmée.

      Jean Pierre Mocky a été enthousiasmé par son séjour et a accepté le titre de président d’honneur du festival et s’est engagé à lui apporter le soutien de sa notoriété et de ses réseaux de contacts.

L’année 2014 a donné lieu en mai à un changement d’équipe et un renforcement des compétences et des volontés.

Les actions engagées et les initiatives prises au cours des trois années précédentes ont porté leurs fruits notamment dans deux domaines :

     Les inscriptions en compétitions ont été substantiellement plus nombreuses et de qualité. Ainsi le nombre de films en compétition est monté à 168, et a fait l’objet d’un visionnage pendant l’hiver pour en retenir une cinquantaine.

       Les contacts engagés avec des personnalités emblématiques du cinéma ont débouchés sur la venue de Jean Pierre Mocky comme invité d’honneur.

       Le réseau des personnes investies dans le festival s’est renforcé et celui-ci compte entre ses membres actifs, ses bénévoles occasionnels et ses hébergeurs une cinquantaine de soutiens concrets.

                                                                                                                                                       palmarès 2014

Petit conte d’après-Noël (Guillaume Habrias)

Mention spéciale « Divin enfant »

Le Hérisson de verre (Jean-Sebastien Bernard)

Mention spéciale « Les ballets écarlates »

Graffeuse (Antonio Amaral)

Mention spéciale « Les compagnons de la marguerite »

Trognes (David Le Meur)

Prix de narration

Je fais du squash aussi (Sebastien de Monbrison, Pierre Alfred Eberhard)

Prix de duo Post action (Pascal Savard)

Prix d’interprétation masculine : Michaël Collart Etale Flot Jusant (Frantz Galland) 

Prix d’interprétation féminine : Marion Suzanne Drôle de guerre (Simon Panay)

Prix de la mise en scène De que vuelam vuelam (Myriam Bou-Saha)

Prix du film documentaire Bataille (Jérémie Camus, Hugo Doubek)

Prix du film d’animation 21.12.2012 12h21 (Jean-David Izambard)

Prix de l’artisanat Amour et commando (Laurent Ardoint, Stéphane Duprat)

Prix de l’audace C’était l’idée (Leila Freger)

Coup de coeur Etale Flot Jusant (Frantz Galland)

Prix Jean-Pierre Mocky Narvalo (Christophe Switzer)

Grand prix du Jury


festival 2013

 

Avec sa troisième édition, le festival du film artisanal et audacieux de Joyeuse confirme sa vocation à devenir en Ardèche un moment et un lieu de rencontre privilégiés pour beaucoup de cinéastes indépendants et réalisateurs de films auto produits.

 

Durant trois jours, 28 réalisateurs dont 21 d’entre eux présentaient des films en compétition officielle, se sont rendus au cinéma de la Grand Font pour découvrir une programmation riche et diversifiée (6 longs métrages, 8 moyens et une trentaine de courts).

Après délibérations, les membres du jury ont décidé de délivrer, outre les CHATUS (trophées officiels), des DISTINCTIONS, notamment :

MENTION SPECIALE pour le film « BATAILLE D’UN JOUR » (HC) d’Olivier Debras (work in progress), pour ses remarquables qualités de reconstitution historique.

Huit autres distinctions ont été décernées :

« GRANDE SOEUR » de Julien Mauvoisin pour son coté émouvant.

« LITTLE GIRL » d’Emile Henny pour son ambiance particulière

« SUCRE » de Rupert Hoeller, pour la fin surprenante

« KORE » d’Eric Dinkian pour le travail plastique

« UNE VIE EN CARTON » de Kari Aït-Gacem pour le cinéma muet

« MAXIMILIEN » de Lewis Eizykmann pour l’humour décalé

« SANG FROID » de Franck Villette pour le sujet abordé

« ALL-IN » de Baptiste Bertheuil pour la mise en scène



Chatus du film d'animation pour le film des belges Luce Cote-Colisson et Lucie Rouxel pour « UN MIRACLE SVP MONSIEUR ».

Palmarès 2013

Le Chatus de la  meilleure fiction a été décerné au film du canois Xavier Ladjointe, « A TOI QUI VAS NAITRE », un long métrage en forme de comédie hommage au cinéma.

Chatus de l'originalitéa été décerné au réalisateur ardéchois Rémi Mazet, pour son court « D’UN BORD A L’AUTRE ».

Chatus du court dramatique pour Brice Juanico avec « PETITE SCENE D’AMOUR ».

Chatus de la meilleure comédie au court « DIXIT » de la très jeune réalisatrice Leslie Villiaume.



festival 2012

Palmarès 2012

Chatus d’or » ou prix du jury, le film « Ce qui reste à finir » de Lisa Diaz.

Chatus de l’audace. Prix spécial du jury », le court métrage d’animation « Poupée réfractaire » de Yannick Gallepie.

Chatus de la réalisation », le film « Totem » de Romain Evrard. 

Chatus de l’originalité ». Le film « Le goût du sucre » de Leila Fréger.

Chatus du portrait documentaire. : « Bart un homme en route »

de Christine Ferrer.

A été « plébiscité » par le public et récompensé par le prix du journal La Tribune. « Rouge comme l’amour » de Laurent Régnier 


naissance d'un festival en 2011 

Petit festival deviendra grand…
A l’heure où le festival de Cannes fermait ses portes en mai 2011, un nouveau festival  a fait entendre sa voix et sa différence :

               le Festival du film artisanal et audacieux 

Premier du nom et dans le concept, ce petit dernier s’est déroulé en Ardèche du 23 juin au 1er juillet 2011 à Joyeuse la bien nommée (cinéma de la Grand Font et salle de Rosières).

 

Porté par une association    « Joyeuse Audace Création », ce festival est la continuité logique de la passion d’une bande de copains qui s’est constituée autour de Pierre Antoine Courouble, écrivain ardéchois et auteur du projet de film BOISSEL dont le tournage à eu lieu l’été 2010.

Le film BOISSEL tourné et monté, un constat sauta à nos yeux, qui allait amener la rédaction du manifeste de Joyeuse.

Pour nous la révolution numérique marquait une rupture attendue avec l’industrie cinématographique et l’opportunité d’un formidable élan de démocratisation dans les pratiques du cinéma.



Encouragés ou non par les institutions d’aide à la création, ces films poussent et existent, mais bien souvent ceux-ci se trouvent exclus des circuits institutionnels de diffusion et mènent une vie quasi clandestine, ne rencontrant bien souvent qu’une audience restreinte.
Par ce festival, nous voulons défendre et montrer ces films qui existent, vivent et balisent un chemin que nous voulons prendre.
Nous voulons créer les circonstances opportunes de leur rencontre avec le public.
Le festival se veut aussi un lieu de rencontres entre créateurs, compositeurs de musique, photographes/opérateur, auteurs, afin d’aider la collaboration et la constitution d’équipe de tournage.

 


Palmarès 2011

Trois films ont emporté les suffrages du jury dans la sélection officielle :  

« Par les épines », de Romain Nicolas avec Agnès Soral et Juliette Besson qui a remporté le Chatus d’Or. Cette dernière jeune actrice qui a inauguré et parrainé de sa présence ce tout jeune festival est la fille d’Anne Parillaud et du réalisateur Luc Besson.

« La voûte plantaire » d’Alexandre Mehring a remporté le Chatus d’argent

« Blanche nuit » de Patrice Sébille le Chatus de bronze.